© Okapi 38 (2013)


Accueil
Essais Scooters
Accessoires
Documentations Techniques
Forum
Tmax-Mania
Carte des radars
en France
Prototypes
Occasions
Cote de l'Occasion
Coûts Entretien
Tuning Scooter
Galerie Babes
Le T-Max sur circuit
Concentres et Balades
Moto Tour
GP de France
Galeries Wallpapers
Skins Winamp
Images 3D Bryce
Mes Liens
Humour et Jeux
Livre d'Or
Livre de Commentaires
Statistiques
Me Contacter
 

Visiteurs depuis
le 06/12/2002
Recherche personnalisée

GILERA Nexus 500. Modèle 2006

_ Propriété de Piaggio, la vieille marque Gilera retrouve un avenir et se reforge une réputation en se positionnant comme la marque sportive du groupe italien. La sortie de ce scooter, le Nexus 500 est dans la lignée des machine sportives dont Gilera veut être le porte drapeau dans le groupe... Voici l'essai du modèle 2006.

. L'essai du premier modèle sorti en 2004 est sur cette page.

Une nouvelle présentation :

• Extérieurement, les changements de la nouvelle mouture 2006 sautent aux yeux, les rétroviseurs ne sont plus implantés sur l'avant du carénage, mais sur le guidon.

• Les clignotants ne sont donc plus intégrés dans la coque des rétroviseurs mais de part et d'autre du carénage.

• A la place des rétroviseurs, deux déflecteurs rapportés protégent les mains du pilote.

• La face avant est maintenant peinte de la même couleur que le reste du carénage, et arbore un nouveau logo plus coloré. Elle est toujours aussi agressive, et l'ajout des déflecteurs latéraux la rende plus imposante que sur l'ancien modèle. La nouvelle bulle est beaucoup plus basse.

• Latéralement pas de gros changement si ce n'est les clignotants et l'heureuse disparition des trop fragiles autocollants imitant le carbone en bas de la fourche. Les jantes ne sont plus couleur aluminium, mais peintes en noir, tout comme les bas de carénages sous les marchepieds.

• Vu de l'arrière, les changements se limitent à l'adoption d'un cabochon blanc pour le feu arrière toujours muni d'une seule et unique ampoule regroupant veilleuse et stop.

• Les clignotants ne sont hélas plus intégrés de part et d'autre du feu stop, mais implantés de chaque coté de l'éclairage de plaque. Il gagnent ainsi un peu en visibilité, mais sont beaucoup plus exposés aux chocs.

• A noter, la monte en Michelin Pilot Sport en remplacement des Bridgestone de l'ancien modèle déjà excellents.

L'installation à bord :

• Là aussi il y a du changement. si la selle est toujours autant inclinée vers l'avant, l'assise est plus basse et le guidon paraît plus haut. La position de conduite y gagne beaucoup en confort, d'autant plus que cette selle est maintenant un beaucoup plus moelleuse que le bout de bois des premiers modèles. Le pilote est maintenant beaucoup moins en appui sur les poignées. Bon point aussi pour le revêtement de la selle qui n'est plus aussi glissant.

• Le tableau de bord a pas mal changé. Gilera a dû lire mon essai, car les emplacements du compteur de vitesse et du compte-tours ont été inversés. Le compteur est maintenant au centre du tableau de bord et l'inutile compte-tours a pris la place en bas à gauche. Merci M. Gilera. Les informations fournies sont toujours aussi completes, et le petit ordinateur de bord est toujours aussi simple et

pratique à utiliser. Le fond des compteurs est maintenant noir, et les imitation de faux carbone ont disparu au profit d'une finition aluminium du plus bel effet. Une batterie de quatres voyants lumineux regroupant les témoins de warning, clignotants, phare, et un emplacement libre orne toujours le centre du guidon. Personellement, je les préfèrerai au dessus des compteurs, ils seraient plus dans le champ visuel, d'autant plus qu'il y a de la place pour les installer... Mais bon ! Ce sera pour la prochaine évolution !

Contact :

• Réglage des rétroviseurs... Arfff ! s'ils ont gagné en suface utile grace à une forme certes moins design mais bien plus pratique, ils n'en demeurent pas moins très écartés du champ visuel du pilote. En effet, ils ne sont plus implantés sur l'avant du carénage, mais plus classiquement sur les guidons. Le réglage s'effectue maintenant par une rotule orientant l'ensemble miroir et coque. La rétrovision est bonne bien que la tige gagnerait à être un peu plus longue.

• Contact, l'ordinateur de bord s'allume pour le petit check-up habituel. Le moteur part au 1/4 de tour avec le pom-pom caractéristique du mono de Piaggio et des vibrations qui vont avec... Bizarrement, j'ai l'impression que le pot fait moins de bruit que le modèle 2004, c'est plus feutré !!!

• A l'ouverture des gaz, il me semble aussi que la poussée est moins franche que l'ancien. Par contre les vibrations du

moteur au démarrage sont bien présentes elles, et toujours aussi fortes !

• La conduite en ville est inchangée sauf en ce qui concerne les rétroviseurs qui obligent maintenant à tourner un peu la tête pour voir derrière. Malgrès tout, cet engin est toujours aussi agréable et maniable en ville grace à ses accélérations et à son empattement court.

• Les marchepieds en deux parties sont toujours aussi désagréables à utiliser, surtout lorsqu'on veut conduire les "pieds en avant", il faut soulever le pied pour prendre appui sur la partie en hauteur ! Vraiment pas pratique !!!

• Sur l'autoroute, je me retrouve avec un vent de face assez fort, et là j'ai une mauvaise surprise. Le rail que j'ai connu avec le modèle 2004 a disparu !!!

Rien de changé niveau tenue de route dans les grandes courbes, mais le Nexus est maintenant très sensible aux coups de vent à partir de 110 - 120 Km/h. C'en est au point que lors de dépassement de poids lourds à vive allure, il faut rester très attentif, car les écarts sont importants.

• Niveau protection, c'est le bide complet, la bulle d'origine est beaucoup plus basse que l'ancienne et ne protège plus rien du tout. Par temps de pluie, c'est la douche assurée. Passé 120 Km/h la poussée sur le casque et les épaules obligent le pilote à s'accrocher aux quidons ou se pencher en avant. Le seul plus provient des déflecteurs latéraux protégeant mieux les mains.

• Avec ce vent de face, la vitesse maxi s'est stabilisée péniblement à 150 Km/h. Le trajet retour a tout de même permis au compteur d'afficher un bon 170, mais avec le vent dans le dos. Peu d'amélioration par contre concernant les écarts dûs aux sautes de vent.

La tenue de route :

• Sur le plan tenue de route que du bon, une fois qu'on attaque les virolos, le Nexus retrouve son terrain de prédilection. Cet engin est particulièrement efficace dans les enchaînements de virages rapides.

• Pour avoir roulé dernièrement sur plus d'une centaine de Km en compagnie d'un pilote de Nexus connaissant bien sa machine, j'ai pu constater qu'il fait jeu égal avec un T-max sur routes de montagne. Le seul bémol concerne les sorties de virages serrés où le bi-cylindre du Yamaha permet au T-max de reprendre des tours et de s'arracher plus rapidement. Le mono de Piaggio ayant en effet du mal à se relancer rapidement.

• Rien à redire sur le freinage puissant et endurant, si ce n'est que je n'arrive pas à me faire au freinage couplé !

Je préfère et de loin pouvoir gérer moi même le dosage entre l'avant et l'arrière. Le couplage étant à mon avis le meilleur moyen de se mettre au tas en cas de freinage trop appuyé sur une route humide ou en présence de gravillons. Le blocage d'une roue peut se rattraper, pas les deux !

Le confort :

• C'était le principal défaut du modèle 2004... Je dois dire que Gilera a fait un sérieux effort sur ce plan. J'ai déjà parlé de la selle plus basse et plus moelleuse, et bien les suspensions ont été revues dans le même sens, le tout sans nuire à la tenue de route.

• Il est maintenant possible de rouler bon train sur des routes en pas trop bon état sans craindre de se faire désarçonner par la sécheresse des amortisseurs. On est

encore loin d'un confort pullman, mais le gain est appréciable et mérite d'être signalé. Par contre, je n'ai toujours pas compris l'utilité véritable de la fameuse suspension arrière progressive “Power Drive” par le moyen d'une biellette reliant le bras oscillant à l'amortisseur via un basculeur. J'ai à nouveau essayé diverses positions avec la grosse molette, mais je n'ai pas trouvé de différence sensible à la conduite. Je dois être vraiment nul, car lorsque je lis les essais de la presse spécialisée, les essayeurs encensent tous ce dispositif !!!
Voir le détail des réglages possibles sur l'essai du 2004.
La finition : Cliquez sur les vignettes pour voir les photos en 800x600.

Photo A

Photo B

Photo C

Photo D

Photo E

Photo F
• Photo A : Le coffre est toujours aussi petit du fait de l'implantation de l'amortisseur arrière horizontalement sur le coté gauche. Il n'accepte qu'un seul casque à l'envers et il est toujours dépourvu de moquette.
• Photo B : Les clignotants avant sont maintenant sur le flanc. Il ne sont pas trop visibles de l'avant malgrès les deux ampoules, et leur emplacement les rend assez vulnérables.
• Photo C et D : Les déflecteurs installés sur le carénage sont très mal finis (à peine ébarbés) et fixés à la va vite au moyen de vis apparentes. Je soupçonne ces déflecteur de nuire à la stabilité en ligne droite et de sensibiliser le scooter aux rafales de vent.
• Photo E : La selle n'est plus maintenue par un vérin, et la batterie n'est plus recouverte d'un cache plastique comme sur l'ancien modèle.
• Photo F : Les poignées de maintien du passager sont toujours aussi peu pratiques, et les clignotants arrières ne sont plus intégrés de part et d'autre du feu stop.

Conclusion :

• Gilera n'est pas resté les bras croisés, pas mal de choses et d'améliorations ont été apportées sur le Nexus, en particulier concernant le confort. La position de conduite est bien meilleure que sur l'ancien modèle, et les suspensions un peu plus souples sont une bénédiction pour le bas du dos et les vertèbres.

• La ligne générale très réussie n'a pas changée, et la face avant de la même couleur que le carénage ajoute une touche d'élégance sans pour autant diminuer l'allure agressive de l'engin.

• Bon point également pour la disparition des inserts de faux carbone sur la fourche et l'entourage des compteurs ainsi que pour le nouvel agencement du tableau de bord.

• Quelques point noirs subsistent comme le coffre sous la selle toujours aussi petit, et la selle encore inclinée vers l'avant.

• D'autres sont apparus, comme la sensiblité au vent sur les lignes droites, la cause en est probablement aux déflecteurs nouvellement installés en haut du carénage avant. Vu la finition minable de ces déflecteurs, ils semblent avoir été rajoutés à la va vite au dernier moment.

• Carton rouge aussi concernant l'implantation des clignotants avant ! Non seulement ils sont très exposés aux chocs, mais ils sont de surcroit peu visible, et placés trop bas. Trop basse aussi est la bulle. Je n'ai pas testé la position la plus haute, mais ce n'est pas 2 cm de plus qui vont changer les choses. En revanche une bulle plus haute existe, mais au rayon accessoires ! Le look général n'est plus aussi "racé" que l'ancien modèle. Les nouveaux déflecteurs avant alourdissant la ligne.

• Pour finir, une bonne surprise.... Le prix a baissé ! Et pas qu'un peu ! 500 Roros de moins.... Yamaha ferait bien de s'en inspirer.!!!

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Moteur : 460 cm3, monocylindre, refroidi par eau, 1 ACT et 4 soupapes, injection électronique, transmission automatique
Puissance 40,1 ch. (29,5 kW) à 7 500 tr/min, couple 4,3 daN.m à 5 500 tr/min
Partie-cycle : Cadre acier double berceau, fourche Kayaba diam. 41 mm, mono amortisseur AR Kayaba à gaz réglable par précharge du ressort, réglage de l'assiette du véhicule par molette, Freinage intégral AV 2 disques diam. 260 mm / étriers Brembo 2 pistons opposés Ø28 mm sur le disque gauche et Ø26 mm sur le disque droit - AR 1 disque diam. 240 mm / étrier Brembo 2 pistons opposés Ø34 mm,
pneus AV 120/70 x 15 - AR 160/60 x 14 Michelin Pilot Sport.
Gabarit : Longueur hors tout : 2 090 mm, Largeur : 725 mm, empattement : 1 515 mm, hauteur : 1290 mm, hauteur de selle : 800 mm,
réservoir : 14,5 litres, dont réserve 2 litres. poids à vide : 209 kg.
Performances :
Vitesse max lors de l'essai :170 km/h à 8000 tr/min compteur).
Conso. moy. de l'essai 5,7 l./100 km, autonomie : 254 Km

Prix : 6 490 Euros
Si vous possédez un Nexus 500, j'aimerai bien avoir des retours d'info sur sa fiabilité, les problèmes que vous rencontrez, les défauts que vous découvrez à l'usage, etc...

Merci d'avance
 

Un grand merci à LA SCOOTERIA de Grenoble pour le prêt de ses machines,
sa disponibilité et son accueil sympathique.