© Okapi 38 (2013)


Accueil
Essais Scooters
Accessoires
Documentations Techniques
Forum
Tmax-Mania
Carte des radars
en France
Prototypes
Occasions
Cote de l'Occasion
Coûts Entretien
Tuning Scooter
Galerie Babes
Le T-Max sur circuit
Concentres et Balades
Moto Tour
GP de France
Galeries Wallpapers
Skins Winamp
Images 3D Bryce
Mes Liens
Humour et Jeux
Livre d'Or
Livre de Commentaires
Statistiques
Me Contacter
 

Visiteurs depuis
le 06/12/2002
Recherche personnalisée

Aprilia Leonardo 125 ST

Voici ma première acquisition en 2 roues automatique. Acheté en juillet 1996 après avoir essayé à peu prés tout ce qui roulait en 125, mon choix s'était fixé sur un scooter (beaucoup plus pratique au quotidien qu'une moto)
Mon principal souci a été de trouver une machine tenant la route correctement. Difficile quand on vient de la moto de se faire à la conduite d'un scooter (on a rien entre les jambes!!!) A ce moment, seulement 3 scoots étaient capable de réaliser cet exploit !
- Il y avait le Piaggio LX (Sympas avec son coffre à l'arrière) mais qui n'existait à ce moment là qu'en 2T et qui était limite au niveau tenue de route avec sa fourche monobras et sa suspension à balancier.
- Ensuite, il y avait le Yamaha Majesty 125 (ou Skyliner chez MBK). Là, c'est le manque de protection (largeur du tablier et absence de pare-brise, même en option) qui m'ont rebuté ainsi que son freinage un peu juste avec le tambour arrière.
- Il n'est donc resté comme alternative que l'Aprilia Leonardo. Bien fini, avec son moteur 4 temps 4 soupapes Rotax bien plein, ses deux freins à disques, son éclairage très correct (2 codes-phares H4) et son confort. il s'est avéré en prime être celui qui tenait le mieux le pavé en toutes circonstances. Le choix a donc été évident.
Ce brave engin m'a traîné sur 41000 Km sans aucun problème, hormis qu'à chaque retour de révision chez le concessionnaire, je me retrouvais avec une panne dans la semaine qui suivait ! Pannes non pas imputables à la machine elle-même, mais à l'atelier du concessionnaire !!! Moto Contact à Grenoble. Si vous tombez en panne avec un scooter devant chez eux, passez votre chemin, cela vaut mieux !

Le Leonardo a une ligne très élégante.

Décidément, les designers Italiens sont très forts.
Des exemples : Facile !
- Première révision, j'ai jamais pu savoir ce qu'ils avaient bidouillé, mais le lendemain matin, impossible de démarrer. Ça commençait bien !!! . Heureusement, tout a été pris en charge par la concession, transport du scoot en fourgon compris.
- A la révision des 12000 Km, mauvais remontage de la bougie. (filetage foiré !) La bougie s'est arrachée 40 km après la sortie de l'atelier !!!
- Oubli du remplacement de la courroie du variateur à 20000 Km (C'est vrai que j'aurais dû me méfier) Résultat courroie cassée 3 mois plus tard avec en prime le remplacement des masselottes et des galets du variateur faussés.
- Re-foirage du filetage de la bougie à 30000 km !!! Cette fois-ci, il s'en sont rendu compte a l'atelier, cela n'a pas empêché de facturer l'insert et son montage 150 Fr .
- Juste avant de revendre mon Leonardo à un collègue, je le ramène à l'atelier pour une révision complète. 2 jours après, le collègue était en panne !!! De quoi dégoûter les gens d'acheter une Aprilia !
C'est d'ailleurs bizarre, mais l'enseigne Aprilia a disparu de la devanture de Moto Contact.
- Voxan a également disparu ! P'têt ben que mes courriers incendiaires à la maison mère de Aprilia on portés leurs fruits et que je n'étais pô le seul à me plaindre....!
- Malgré tous ces tracas, j'ai beaucoup apprécié le Leonarno pour ses qualités dynamiques. Chaussé de pneus larges en 12 pouces, il colle à la route et sa garde au sol permet de prendre des angles surprenants. Jamais piégeux, même sous la pluie et doté d'une autonomie correcte, il s'avère un outil très efficace en ville et sur les voies rapides. Aprilia ayant doté cette machine d'un puissant monocylindre Rotax 4 temps 4 soupapes (le premier du genre), le test du départ au feu tricolore laisse apparaître une certaine mollesse sur les premiers mètres, puis une franche poussée qui enrhume encore pas mal de machines de même cylindrée pourtant plus récentes.
- Sans pouvoir prétendre à la catégorie des GT (encore qu'en 1996, il n'y avait rien de mieux), le Leonardo est une machine bien finie avec un équipement tout à fait honorable encore de nos jours.
- Cette machine parfaite en ville, est néanmoins parfaitement capable de longues escapades champêtres en solo comme en duo.

Le coffre du Leonardo accepte sans problème un casque intégral et de menus objets.

- Le seul bémol concerne la protection aux intempéries.
Avec son tablier relativement étroit et ne disposant pas d'un carénage intégral, l'eau passe facilement par l'espace entre le guidon et le tablier, et même avec le pare-brise haut, on se retrouve vite avec les genoux trempés sous la pluie.
- Ce défaut se transforme en avantage en ville où le carénage intégral n'apporte pas grand chose. L'étroitesse générale de cette machine permet de se faufiler partout entre les voitures. La garde au sol conséquente évite les touchettes pour escalader les trottoirs, mais là, c'est la hauteur de selle qui en pâtit. Avec plus de 81 cm de haut, l'Aprilia Leonardo devient assez délicat à conduire pour les conducteurs de moins de 1,70 m.
- L'équipement, sans être riche est tout à fait correct et le tableau de bord bien fini comporte tout ce qu'on peut attendre d'une marque comme Aprilia et sur un scooter de cette catégorie. (A part cependant l'absence inadmissible d'un totalisateur partiel. Ce n'est pourtant pas la place qui manque pour en insérer un ! )

- En conclusion : L'Aprilia Leonardo est une machine redoutable par sa maniabilité dans les encombrements urbains et péri-urbains. Il est cependant capable d'escapades dans une zone plus large, où son excellente tenue de route et son freinage à la hauteur de ses performances en font un scooter quand même polyvalent et confortable.
Il convient pour un usage journalier, de lui éviter les autoroutes de dégagement urbaines où, pour suivre la cadence il est obligé de rouler à son maximum. C'est la raison pour laquelle j'ai abandonné cet engin attachant....

Le Leonardo a été le premier scooter à adopter
un disque à l'arrière.

CARACTERISTIQUES TECHNIQUES

Le Leonardo existe aussi en version 150 cm3 avec 1 ch de plus et en 250 cm3 de 21 ch.

Moteur : 124,91 cm3, Monocylindre 4T à refroidissement liquide, simple ATC, 4 soup./cyl., Variateur, Transmission finale par engrenages, Puissance : 12 ch à 7500tr/mn.
Partie-cycle : Cadre simple berceau acier, fourche télescopique diam. 28 mm, deux amortisseurs arrières réglables par précharge des ressorts, freins AV 1 disques Ø260 mm étrier double piston - AR 1 disque Ø220 mm étrier simple piston, pneus AV 130/70 x 12 - AR 140/70 x 12
Gabarit : Longueur 1 940 mm, empattement 1 325 mm, hauteur de selle 815 mm, réservoir 9,5 litres (dont 2,5 litres de réserve), poids à sec usine 130 kg
Performances : Vitesse maxi 110 km/h, conso moy. mesurée sur 41000 Km : 3,7 l./100 km

Prix : 3 385 Euros

N'oubliez pas de signer le livre d'or... Merci